Pourquoi Apple a choisit des YouTubers face aux journalistes


Cette année, pour la sortie de l’iPhone X, Apple a décidé de changer sa stratégie media en faisant tester son nouvel iPhone par des YouTubers plutôt que par la presse spécialisée.

Pourquoi ? Pour faire appel à des créatifs. Parce que les influenceurs sont avant tout des créateurs. Parce qu’ils savent raconter des histoires. Les « inflluenceurs » se sont créé leurs communautés justement parce qu’ils ont su capter l’attention des gens, et la conserver avec le temps.

Les influenceurs montrent de façon authentique ce que sont les produits d’Apple. Ils se les approprient et les présentent avec le regard pétillant d’un passionné. Pas avec le regard critique comme les magazines et les journalistes (sans connotation négative, ce ne sont pas du tout les mêmes métiers).

Ensuite, Apple s'appuye sur des tiers de confiance.

En travaillant sur ce projet avec des influenceurs, ce n’est pas Apple qui communique par le biais d’un média.

En 2017 (a fortiori 2018 arrivant) la communication ne va plus de la marque vers le consommateur mais du consommateur au consommateur. La marque n’a « plus son mot à dire »… Bon en réalité elle a évidemment son mot à dire, mais elle est quasiment inaudible face à des consommateurs qui peuvent s’exprimer plus facilement que jamais grâce aux médias sociaux (à votre avis, qui a le plus de poids : une marque par le biais des journaux ou bien 37 millions d’internautes ? Question rhétorique...). S’appuyer uniquement sur une communication de marque par le biais de médias traditionnels serait alors illusoire.

Plus que tout, un influenceur qui met ses mains sur un produit, ce n’est pas un test. C’est un passionné entre les mains duquel on remet un téléphone pour qu’il donne son avis sur la façon dont le téléphone s’appréhende. On parle de vision du produit, et on ne se focalise pas seulement sur les aspects techniques en énumérant des chiffres. On ne se focalise pas sur un détecteur de visage qui projette 30 000 points infrarouges pour étudier le visage de l’utilisateur. On met en avant le fait que l’on n’a plus besoin de rentrer un code ou de faire une action pour déverrouiller le téléphone : il suffit de le porter devant soi naturellement comme s’il était déjà déverrouillé.

La série peut d’ailleurs être retrouvée sous le nom d’iPhone « Experience »...

On valorise ainsi une vision de la marque, sans se focaliser seulement sur les caractéristiques techniques. On ne parle pas de rechercher un consommateur opportuniste auquel on présente une publicité, mais de s’appuyer sur le produit pour établir l’image d’une marque.